• JEANLACAILLE.COM – Le bassin versant de la rivière Gatineau représente 16 % de celui de la rivière Outaouais. La portion de la rivière faisant partie du parcours récréatif du Plan de développement intégré  de la rivière Gatineau (PDI) s’étire du centre de la Vallée-de-la-Gatineau sur enciron 134 km, soit 30 % du parcours total de la rivière à partir de la limite sud de la MRC de la Vallée-de-la-Gatineau jusqu’au barrage Mercier au nord à Montcerf-Lytton.

    Facilement accessible par la route 105 à partir de l’agglomération de Hull-Ottawa, à une distance d’environ 50 km, et par la route 117 en provenance de Montréal, le parcours récréatif de la rivière Gatineau est situé à l’intérieur du territoire municipalisé de la MRC de la Vallée-de-la-Gatineau. Il est constitué de la Gatineau et de ses principaux affluents, soit les rivières Kazabazua, Picanoc, Désert et Joseph et, à l’est, d’un réseau de lacs s’y déversant. C’est sans compter sur le territoire algonquin de Kitigan Zibi Anishinabeg.

    Une brève description

    La rivière Gatineau montre un profil d’eau vive ponctué de rapides, dans sa partie amont jusqu’aux environs de Bouchette alors que plus au sud, l’écoulement devient plus calme. Deux réservoirs sous le contrôle d’Hydro-Québec, Baskatong au nord, à Montcerf-Lytton et Paugan, à Low, au sud, débutent le parcours récréatif à chaque extrémité et contribuent à régulariser l’écoulement de la Gatineau. Fortement marqué par les activités de flottage du bois pendant près de deux siècles, la rivière Gatineau démontre tout de même une bonne qualité d’eau. Cependant, certaines parties sont encore touchées par la pollution urbaine et agricole. Le paysage riverain des cours d’eau est modelé par la présence de terres agricoles protégées et par la forêt découpant en grande partie un paysage agroforestier relativement bien conservé, typique d’un milieu rural, sauf dans la partie du nord de Grand-Remous où l’environnement est essentiellement forestier. Des noyaux villageois ou urbains s’ajoutent le long du parcours.

    Un parcours récréatif

    La majorité des  terres riveraines possède une tenure privée sauf pour la rive est de la Gatineau au nord de Grand-Remous. Les rives sont soit argileuses, sensibles à l’érosion, soit rocheuses et plusieurs pentes sujettes à décrochement sont présentes. Par ailleurs, très peu de zones humides sont relevées dans le milieu riverain. Plusieurs habitats fauniques aquatiques (doré jaune et esturgeon dans les zones de rapides) et terrestres (cerf de Virginie) sont associés au parcours récréatif. Les meilleures terres agricoles sont situées à proximité de la rivière Gatineau.

    La présence algonquine, la venue des Européens, le commerce de la fourrure, du bois et de l’hydroélectricité ainsi que l’agriculutre ont façonné le visage et le patrimoine de la Vallée-de-la-Gatineau. Plus de 20 000 personnes vivent aujourd’hui dans la Vallée auxquelles s’ajoutent 25 000 résidants saisonniers profitant de la villégiature autour des plans d’eau, dont une bonne partie provient de la région d’Ottawa. La population, esssentiellement rurale, est moins scolarisée que celle des centres urbains du sud de l’Outaouais et présente des traits socio-économiues à certains égards vulnérables. Les principales activités économiques sont l’agriculture, la foresterie (scieries) et la villégiature.

    Source : Degan, Massé et Associés inc.


Merci de me suivre! C'est un rendez-vous au quotidien pour être à l'affût des nouvelles concernant la Vallée-de-la-Gatineau et des environs.
Vous avez une nouvelle ou une information à signaler? N'hésitez pas à communiquer avec moi 7 jours sur 7.
info@jeanlacaille.com ou 819-463-0327

Jean Lacaille

Jean Lacaille

Journaliste couvrant l'actualité dans la Vallée-de-la-Gatineau depuis près de 40 ans

INFOLETTRE

Pour être à l'affût des nouvelles.

Register

You need to enable user registration from User Manager/Options in the backend of Joomla before this module will activate.