Les nouvelles

 

Bilan 2017-2018 des DPJ (1 de 5)

www.jeanlacaille.com

GATINEAU – Améliorer le sort des personnes les plus vulnérables. Nourrir l’espoir. Aider. Donner la parole et du pouvoir à ceux et celles que la vie blesse et malmène. Donner au suivant. Contribuer à créer un monde meilleur. Agir concrètement pour permettre à un enfant de bien grandir. Défendre leurs droits. Faire tomber les préjugés. Faire briller le beau qui existe en chaque être humain. Prendre soin des enfants. Soutenir et guider leurs parents. Voilà l’idéal qui, depuis près de 40 ans, anime les intervenants qui oeuvrent dans le domaine de la protection de la jeunesse.

Voici le premier d’une série de cinq textes consacrés à La cause des enfants tatouée sur le cœur, qui se veut le message important livré dans le bilan annuel 2017-2018 des directeurs de la protection de la jeunesse, spécifiquement pour ce qui concerne la région de l’Ouaouais.

Fiers de leur précieuse contribution et témoins privilégiés de la grandeur de leur engagement, de leur passion et de leur humanisme, les dirigeants ont décidé cette année de profiter de la publication du bilan annuel pour leur rendre hommage, les remercier et leur dire leur immense gratitude.

Ce sont eux qui, au quotidien, vont à la rencontre des enfants, des jeunes et de leur famille, et font face à l’adversité. Ils relèvent le défi d’aider ces gens alors que souvent, ces derniers ne l’ont pas demandé. Ce sont eux, qui, jour après jour, sont les témoins des violences et des injustices subies, eux qui se confronte à la pauvreté, à la détresse et aux séquelles de multiples traumas, qui se font insulter, menacer, parfois même bousculer… qui restent debout et persistent, bien décidés à dépasser ces moments de déséquilibre et de désarroi. Ce sont eux aussi qui accueillent, écoutent, apaisent, encouragent, conseillent, accompagnent, guident et ajoutent un peu de douceur dans la vie de tous les jours. Bien souvent, ils rentrent à la maison inquiets et préoccupés, encore marqués par les mots, les larmes et les souffrances dont ils ont été les témoins. Les événements et les émotions s’imposent souvent bien au-delà de leur horaire de travail. Portés par leur cœur et leurs convictions, ce sont de véritables équilibristes.

Leur action se jouant dans la vie privée d’enfants, de jeunes et de parents, rares sont les personnes qui peuvent rendre compte avec justesse de la manière dont ils assument la délicate mission qui leur incombe, et témoigner du respect, de la bienveillance et de l’humilité qui les habitent devant les défis qu’on à relever ces familles. Portés par leurs convictions, ces intervenants ont la cause des enfants tatouée sur le cœur. Ils évoluent à l’abri des regards, dans un univers complexe, éminemment sensible, où se côtoient la maladie mentale, la toxicomanie, l’itinérance, la violence, le mal de vivre et les misères des plus démunis.

Pour la majorité de la population, le travail de ces intervenants est invisible. Les tapes dans le dos, les éloges et la reconnaissace généralement réservées aux aidants leur sont trop rarement destinées… Et pourtant, à l’instar des enseignants, des infirmières et des préposés aux bénéficiaires, ils font un travail exigeant, remarquable et essentiel. Pour les enfants et pour d’innombrables familles, ce sont des sauveurs et des héros.

À suivre : 24 heures chrono à la DPJ : À chaque heure son défi !

Source : Bilan des directeurs de la protection de la jeunesse 2017-2018

Pin It

Merci de me suivre! C'est un rendez-vous au quotidien pour être à l'affût des nouvelles concernant la Vallée-de-la-Gatineau et des environs.
Vous avez une nouvelle ou une information à signaler? N'hésitez pas à communiquer avec moi 7 jours sur 7.
info@jeanlacaille.com ou 819-463-0327

Jean Lacaille

Jean Lacaille

Journaliste couvrant l'actualité dans la Vallée-de-la-Gatineau depuis près de 40 ans

INFOLETTRE

Pour être à l'affût des nouvelles.

Register

You need to enable user registration from User Manager/Options in the backend of Joomla before this module will activate.