Les nouvelles

 

Des oiseaux rares

www.jeanlacaille.com

BLUE SEA – Il semble bien que la pénurie de main d’œuvre au Québec touche également la profession de pharmacien. Si bien, que les établissements de santé de l’Outaouais font appel à des services à distance dans le cadre notamment d’un contrat conclu avec une firme basée à Winnipeg au Manitoba.

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais (CISSSO) n’a pas eu d’autre choix que d’octroyer, de gré à gré, un contrat d’un an d’une valeur estimée à 25 000 $ avec The North West Company, dont le siège social est situé dans la capitale manitobaine.

Le contrat prévoit l’offre de services en télépharmacie avec des pharmaciens détenant un permis d’exercer au Québec. Un porte-parole du CISSSO a confirmé que l’établissement avait eu recours à ces services pendant les vacances estivales pour les secteurs des Collines-de-l’Outaouais et la Vallée-de-la-Gatineau. Tout en faisant appel à ces services le CISSSO assure qu’il y aura toujours la présence physique d’un pharmacien quelques heures par jour sur les sites où le service sera utilisé.

La télépharmacie permet de réaliser certaines économies par rapport aux pharmaciens dépanneurs traditionnels, car le service à distance n’implique pas de dépenses pour le transport, l’hébergement et les frais de subsistance. Le CISSSO devrait pouvoir compter sur l’équivalent de 48,2 pharmaciens à temps plein, mais l’équivalent de 7,8 postes à temps complet sont actuellement vacants.

En juillet dernier, un contrat d’une valeur de 220 000 $ avait été consenti à la firme AlliancePharma de Thetford Mines pour éviter les bris de service en pharmacie dans ses établissements. Ce contrat permet de combler 80 heures par semaine de travail en pharmacie dans les différents sites gérés par le CISSSO.

 

C’est la fin pour les commissions scolaires

www.jeanlacaille.com

D’ici deux ans, les commissions scolaires du Québec n’existeront plus. C’est ce qu’a confirmé le nouveau ministre de l’Éducation du Québec, Jean-François Roberge, lors d’une rencontre tenue récemment à Québec.

Le gouvernement Legault souhaite procéder à la transformation des commissions scolaires en autant de centres de services aux écoles. L’objectif du ministère est de procéder à cette transformation avant les prochaines élections scolaires qui sont prévues pour 2020. Cette volonté a effectivement été réaffirmée par le ministre lors d’une rencontre avec des élus scolaires le 19 octobre dernier.

Une promesse de campagne

L’abolition des commissions scolaires était l’une des promesses phares de la Coalition Avenir Québec (CAQ) et François Legault a ramené cet engagement sur le tapis à maintes reprises pendant la campagne électorale. La déclaration du ministre n’a donc pas provoqué la surprise générales chez les présidents.

Le modèle privilégié pour remplacer les commissions scolaires reste à définir. Le transport des élèves, qui se trouve présentement sous leur juridiction, est un enjeu non négligeable.

Notons que les dernières élections scolaires ont eu lieu en 2016 au Québec, avec un taux de participation sous la barre des cinq pour cent.

 

Une randonnée Maniwaki-Bouchette

www.jeanlacaille.com

L’aménagement d’un parcours de randonnée quatre saisons (vélo, ski de fond, traîneau à chiens, marche) en site propre autour du secteur d’eau vive entre Maniwaki et Bouchette donnerait un accès et une visibilité aux activités récréatives et touristiques. Nous vous proposons un autre texte sur le Plan de développement intégré (PDI) de la rivière Gatineau.

Le parcours empruntant l’Île Lannigan à partir des environs de la décharge du lac Roddick (Grand lac Rond) pour se poursuivre à l’aide d’une passerelle sur la rive est de la Gatineau à partir de la limite nord de l’île. Par la suite, le parcours remonterait jusqu’aux environs du rapide Lucifer où une passerelle permettrait de réenjamber la rivière. À cet endroit, deux îles pourraient recevoir les bases d’une passerelle en deux sections.

Sur la rive ouest, en circulant sur le territoire algonquin de Kitigan Zibi, le parcours irait rejoindre au nord le parc linéaire régional à Maniwaki et, au sud, relierait à l’aide d’une seconde passerelle l’extrémité nord de l’Île Lannigan. Ce trajet en boucle représenterait une distance d’environ 25 km.

L’accès par le réseau routier se ferait, à l’est, par le poste d’accueil proposé pour l’Île Lannigan près de l’embouchure du lac Rond au sud et par un chemin d’accès menant à l’extrémité nord du parcours d’eau vive situé sur la rive ouest près de Maniwaki (parc linéaire régional). Une route conduisant à l’ancienne centrale Le Corbeau sur le territoire de Kitigan Zibi complèterait les accès. Un chemin de ferme privé donnerait un accès à la plage du Bonnet Rouge.

Grand-Remous et le barrage Mercier

Un circuit de rangonnées en site propre serait aménagé sur la rive est de la Gatineau, entre Grand-Remous et le barrage Mercier, à même le terres de la bande riveraine du domaine public. Ce parcours récréatif quatre saisons d’une distance approximative de 15 km permettrait de côtoyer le parcours d’eau vive en amont de Grand-Remous, le parcours mixte eau vive/eau calme et rejoindre le réservoir Baskatong et la base récréative de la digue à la Croix à Lytton. De même, le sentier offrirait la possibilité de développer un lien récréatif avec la Pointe à David à l’est à même un ancien chemin longeant les lacs Biboti et Lotus ainsi qu’avec le secteur de villégiature sur la rive du réservoir Baskatong.

À long terme, un lien entre la base de services de la digue à la Croix et le tronçon IVA pourrait être aménagé comme proposé au PSAR. Ce lien emprenterait la route forestière débutant en face du chemin d’accès au barrage Mercier à partir de la route 117 pour bifurquer vers le sud sur la rive est du ruisseau Quinn,et non loin de l’embouchure de ce dernier dans la rivière rivière Désert, obliquerait vers l’est en direction de la route Maniwaki-Montcerf-Lytton pour fermer la boucle d’un circuit de randonnée d’environ 10km. Cette propositoin nécessiterait l’obtention de droits de passage sur les terres publiques longeant le ruisseau Quinn ainsi que sur les terrains privés dans les sections longeant la rivière Désert entre l’embouchure du ruisseau Quinn et la route Maniwaki-Montcerf-Lytton. Des placettes de détente aménagées en bordure de la rivière Désert, non loin du parcours d’eau vive, pourraient compléter le sentier de randonnée. Ce dernier aurait l’avantage de relier la vallée de la rivière Désert au réservoir Baskatong par les rives de cours d’eau en longeant un secteur d’eau vive de la rivière.

La rivière Tomasine

De plus, il empreunterait une route forestière menant au lac Rond (début de l’expérience d’eau vive de la rivière Désert) et à la rivière Tomasine dans la réserve faunique La Vérendrye.

En guise d’alternative, si la négociation de droits de passage avec les propriétaires privés s’avérait ardue ou à éviter, on pourrait privilégier l’aménagement d’un tel sentier sur une longueur d’environ 20 km empruntant la même route forestière jusqu’à la jonction avec le ruisseau Germain où un embranchement conduit vers le sud en se rapprochant de la rivière Désert pour revenir, par un second embranchement, vers l’est où le tracé existant cesse. Il y aurait lieu de travers 5 km sur la rive nord de la Désert pour rejointre le ruisseau Quinn et de là, remonter jusqu’à la route forestière pour revenir au centre de services de la digue à la Croix. L’ensemble du parcours serait situé sur des terres publiques n’impliquant la négociation de droits de passage qu’avec le MRN. À plus long erme, il serait possible de rejoindre, en poursuivant vers l’ouest, le lac Rond et la rivière Tomasine en longeant en partie la rivière Désert et la réserve faunique La Vérendrye.

L’ensemble de ces parcours participerait à l’animation des rives en complémentarité avec celle des plans d’eau de façon à renforcer la vocation récréative et touristique du parcours récréatif.

À suivre : Placettes de détente et d’interprétation, haltes et kiosques fauniques

Source : Plan de développement intégré de la rivière Gatineau. MRC Vallée-de-la-Gatineau

               Del Duggan, Massé et Associés


Merci de me suivre! C'est un rendez-vous au quotidien pour être à l'affût des nouvelles concernant la Vallée-de-la-Gatineau et des environs.
Vous avez une nouvelle ou une information à signaler? N'hésitez pas à communiquer avec moi 7 jours sur 7.
info@jeanlacaille.com ou 819.334.4508

Jean Lacaille

Jean Lacaille

Journaliste couvrant l'actualité dans la Vallée-de-la-Gatineau depuis près de 40 ans

INFOLETTRE

Pour être à l'affût des nouvelles.

Register

You need to enable user registration from User Manager/Options in the backend of Joomla before this module will activate.