Les nouvelles

 

Pas de chirurgien pendant cinq jours

www.jeanlacaille.com

MANIWAKI – Aucune opération ne pourra être réalisée à l’Hôpital de Maniwaki avant mardi midi. L’établissement fait face à un manque de chirurgiens.

Le Dr. Daniel Tardif, directeur des services professionnels au Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais (CISSSO) a laissé savoir que cette rupture de service en chirurgie générale découle de la démission subite, la semaine dernière, d’un des deux détenteurs de poste en chirurgie générale à l’Hôpital de Maniwaki.

Les cas de traumatologie seront transférés à Mont-Laurier. Le CISSSO confirme toutefois qu’à partir de mardi à 12h, les gardes en chirugie sont déjà assurées jusqu’à la fin novembre. Un chirurgien de la zone urbaine (Gatineau) prendra la relève pour quelques jours avant le retour du seul chirurgien qui reste à Maniwaki.

Le Dr Tardif a confirmé que la couverture en anesthésiologie sera assurée pendant la durée du bris de service en chirurgie, car certaines interventions peuvent être nécessaires en dehors du bloc opératoire.

On se souviendra qu’un bris de service en anesthésiologie avait été soulevé il y a quelques mois mais l’organisation a été en mesure de trouver des médecins pour assurer un service régulier dans cette spécialité.

 

Maniwaki demeure ouverte

www,jeanlacaille.com

MANIWAKI – Malgré le conflit qui s’éternise, la succursale de Maniwaki de la Société des Alcools du Québec (SAQ) aux Galeries de Maniwaki demeurera ouverte.

Les 5 500 membres du Syndicat des employés de magasin et de bureau de la SAQ ont déclenché vendredi matin une grève de trois jours puisqu’aucune entente contractuelle n’a été conclue entre les parties patronale et syndicale.

La convention collective des syndiqués est échue depuis le 31 mars 2017. Le syndicat demande à la direction de la SAQ de témoigner plus de flexibilité notamment sur la question des salaires puisque les membres n’accepteront pas de s’appauvrir avec des augmentations salariales sous l’indice des prix à la consommation.

Le 28 septembre dernier, les syndiqués avaient voté à 96 % en faveur d’une banque de 18 journées de grève à être utilisées au moment jugé opportun par le syndicat. Il va sans dire que la SAQ s’expose à d’importantes pertes financières à l’approche du temps des fêtes. Des millions de dollars sont en jeu actuellement. Les syndiqués s’attendent à une réplique positive de la partie patronale.

 

Un pôle vert intermunicipal

www.jeanlacaille.com

Plusieurs parcours sont prévus afin de relier les municipalités entre elles. Un des parcours relierait Lac Sainte-Marie et l’Île Lannigan à Sainte-Thérèse-de-la-Gatineau, rayonnant de la rive ouest, à partir du pont Alexandre-Martin ou du pont de Fer à Bouchette vers le parc régional linéaire à l’ouest après avoir longé la Gatineau par l’entremise des chemins locaux riverains. Poursuivons notre série de textes sur le Plan de développement intégré de la rivière Gatineau.

Ces chemins sont identifiés comme étant de la Chute,le chemin de Mulligan Ferry, le chemin du Rapide-Faucher, le chemin de la Rivière-Gatineau, le chemin Rivière-Gatineau sud, le chemin Rivière-Gatineau nord, le chemin de Point Comfort rejoignant la confluence des lacs des Trente-et-un-Milles et Pémichangan.

Les parcours permettraient des boucles de plusieurs kilomètres et offriraient la possibilité de rejoindre, en amont, le site de l’Île Lannigan, en aval, le lac Sainte-Marie, vers l’est le secteur de Point Comfort et vers l’ouest, le parc régional linéaire. De plus, le parcours menant à Point Comfort mettrait à profit un système de passeur sur barge, tel un rappel de l’histoire, qui serait installé sur le lac Pemichangan permettant de relier le mont Sainte-Marie et ensuite, le parc régional linéaire et la municpalité de Gracefield par le chemin du Lac Sainte-Marie confectionnant ainsi une boucle d’une quarantaine de kilomètres. Cette boucle traverserait la Gatineau à l’aide d’une passerelle récréative annexée au pont du chemin du Lac Sainte-Marie, laquelle est prévue par la municipalité. À partir de Kazabazua, il serait avisé de prolonger le circuit par le chemin Martindale et la route 105 jusqu’à Low pour rejoindre l’ancienne chute à billots, aménagée près de la centrale Paugan où  la Route des Draveurs complèterait son parcours (boucle de 35 km). Un autre parcours situé sur la rive est de la Gatineau pourrait rejoindre l’Île Lannigan après un trajet de près d’une trentaine de kilomètres donnant accès au secteur d’eau vive.

La vallée agricole de Montcerf-Lytton

La route locale serpentant, à partir de Maniwaki, sur une distance d’environ 40 km dans la vallée agricole de Montcerf-Lytton et rejoignant la route 117 au nord, serait à intégrer au circuit de la Route des Draveurs et devrait permettrre la randonné en vélo en chaussée partagée. D’autres parcours de plus longue durée, pouvant être reliés en partie à la Route des Draveurs pour la section rejoignant l’ancien dépôt de l’Aigle à l’ouest (aux environs du site du chalet de la CGFA, du terrain de camping et de la halte routière à la jonction de la rivière du Hibou avec celle de l’Aigle, pour revenir par les rives de la rivière de l’Aigle et le territoire autochtone de Kitigan Zibi vers Maniwaki, soit une boucle d’environ 80 km. Une variante de ce parcours partirait de Maniwaki pour rejoindre le pont couvert de l’Aigle à même la vallée agricole de Montcerf-Lytton pour revenir par la vallée de la rivière de l’Aigle vers la rivière à la Tortue et finalement retrourner à Maniwaki par le territoire autochtone de Kitigan Zibi pour une distance d’environ 55 km. Le montage de ces derniers parcours nécessiterait cependant la reconstruction du pont enjambant la rivière de l’Aigle et l’implication des Algonquins de Kitigan Zibi.

Un parcours de randonnée en chaussée partagée, aussi à intégrer à la Route des Draveurs, relierait Maniwaki à l’embouchure de la rivière Joseph en empruntant le chemin de la Rivière-Gatineau Nord à Déléage et Aumond et le chemin Grodnin et de la Traverse à Aumond (chemins empruntés par le trajet du parcours récréatif terrestre prévu) et de là, atteindrait le site des Portes de l’Enfer dans le village d’Aumond pour revenir ensuite par la rive est de la rivière Joseph via le chemin Major vers la rivière Gatineau. Ce dernier tronçon serait cependant à compléter à partir du bout du chemin Major sur une longueur d’environ 1,5 km pour rejoindre le chemin de la Traverse sur le bord de la Gatineau. Des haltes pourraient être aménagées au site patrimonial du Moulin des Pères au centre du village d’Aumond et sur les rives du lac Saint-Joseph dans le secteur prévu pour la villégiature.

Ce parcours d’environ 50km aller-retour, pourrait par la suite continuer sa course jusqu’au pont couvert Savoyard à Grand-Remous, soit une distance de 13 km, à même la continuité du parcours récréatif terrestre prévu au PSAR afin de rejoindre la base de services nautiques proposée à la chute du Grand-Remous. De là, le trajet en chaussée partagée suivrait le bord de la rivière par l’emprise de la route 105, sur la rive ouest jusqu’au point de confluence des routes 105 et 117, soit environ 10 km supplémentaires.

Ces parcours mixte bonifieraient l’offre touristique associée à la Route des Draveurs en la prolongeant vers le sud et en intensifiant l’utlisation récréative des chemins publics riverains tout en reliant les cours d’eau de la vallée. De plus, ils concentreraient les allées et venues des visiteurs dans les parties municipalisées adjacentes des principaux cours d’eau tout en permettant des connexions avec le réseau routier et le circuit existant. Un réseau de haltes et de placettes de détente bordant le réseau permettrait aux visiteurs de prendre connaissance avec le paysage, le patrimoine et les ressources récréatives du milieu.

À suivre : Secteur d’eau vive entre Maniwaki et Bouchette

Source : Plan intégré de la rivière Gatineau-MRC Vallée-de-la-Gatineau

               Del Duggan, Massé et Associés inc.


Merci de me suivre! C'est un rendez-vous au quotidien pour être à l'affût des nouvelles concernant la Vallée-de-la-Gatineau et des environs.
Vous avez une nouvelle ou une information à signaler? N'hésitez pas à communiquer avec moi 7 jours sur 7.
info@jeanlacaille.com ou 819-463-0327

Jean Lacaille

Jean Lacaille

Journaliste couvrant l'actualité dans la Vallée-de-la-Gatineau depuis près de 40 ans

INFOLETTRE

Pour être à l'affût des nouvelles.

Register

You need to enable user registration from User Manager/Options in the backend of Joomla before this module will activate.