Les nouvelles

 

Une suggestion de la MRC

Jean Lacaille

GRACEFIELD - «Monsieur Lacaille, vous avez oublié de regarder les données factuelles et objectives en publiant votre article. Bonne lecture !»

Le document Vers une gestion optimale des fosses septiques au Québec (État de situation sur la gestion des boues de fosses septiques) contient 25 pages et remonte à 2015. Nous invitons nos lecteurs à le consulter à l’adresse suivante : https://www.environnement.gouv.qc.ca .

À la personne qui m’a fait parvenir ce courriel, je veux tout simplement l’informer qu’il ne s’agit pas de mon article mais bien de celui du citoyen Steve Connolly qui m’a fait parvenir une opinion sur le pompage des fosses septiques aux deux ans. Il s’agit, bien sûr, de données factuelles et objectives. «Je vous souhaite également bonne lecture !»

 

«Le programme est un gaspillage» - Steve Connoly

(2 de 3)

www.jeanlacaille.com

LOW –Votre journal virtuel www.jeanlacaille.com vous présente le deuxième texte portant sur le document de neuf pages produit par le citoyen Steve Connoly, de Low, relativement au pompage obligatoire aux deux ans des fosses septiques sur le territoire de la MRC Vallée-de-la-Gatineau.

La plupart des municipalités forcent leurs contribuables à payer entre 80 $ et 100 $ par an pour deux ans de pompage sur leurs factures d’impôt. Ceci est trompeur et fait exprès pour faire en sorte que le pompage ne coûte pas trop cher. Les coûts sont beaucoup plus élevés que cela et les coûts supplémentaires sont enterrés dans les taxes générales. En été, un employé municipal doit travailler à temps plein pour administrer le programme (résolution de conflits, de problèmes, les questions juridiques, la gestion des sous-traitants, etc.).

C’est aussi plus de travail pour le directeur général, le maire et les conseillers. Parce que des coûts importants sont enterrés dans le budget général, même les propriétaires de lots vacants doivent payer. Il y a également de nombreux logements vacants au sein de la MRC-VG… avec des propriétaires obligés de payer pour le pompage.

Même la municipalité de Low n’obéit pas à la loi, elle doit payer pour le transport des déchets septiques d’autres municipalités qui utilisent le Centre de traitement de Kazabazua. Sa part des coûts annuels est basée sur la population et non sur le volume de déchets transportés. Alors, Low paie plus que sa juste part.

Il faut noter que la MRC-VG enregistre que la municipalité de Low n’a jamais vidé 337 fosses septiques depuis la création du programme il y a 14 ans. Ce n’est pas correct car beaucoup de ces réservoirs ont été vidés, comme pour les miens, mais l’information n’a jamais été disponible à la MRC-VG. Il n’existe aucune preuve à l’appui de l’une que ces systèmes septiques ont causé la polluatoin par le manque de pompage. Aucune préoccupation n’a été soulevée à une réunion du conseil des maires. Bien sûr, les propriétaires ont économisé beaucoup d’argent.

Les résultats

J’ai interviewé des employés de plusieurs entreprises de pompage de fosses septiques ainsi que le propriétaire d’une telle entreprise. Unanimement, ils m’ont dit que le programme est un gaspillage de l’argent des contribuables. Ils ont principalement transporté de l’eau. Deux municipalités au sein de la MRC-VG m’ont également confirmé que la plupart du temps, seule de l’eau sale est transportée.

Les systèmes septiques sont conçus pour que les bactéries agissent sur la boue afin que ses particules soient combinés avec le liquide à répartir dans le lit de drainage. Plus de 80 % de la boue d’origine est éliminée de la cuve de cette manière. Le processus d’action des bactéries peut même être amélioré en utilisant le produit Septi-Boss ou d’autres produits similaires ou en utilisant de la levure de boulangerie mélangée à de l’eau tiède.

Presque 100 % des fosses septiques normales ne doivent pas être vidées après deux ans. En utilisant un juge des boues (outil utilisé par les entrepreneurs), ou une simple pôle, on peut facilement le prouver.

Les chiffres

Je vais maintenant utiliser des calculs objectifs pour prouver mon propos en utilisant les données de la MRC-VG. Pour 2017, la MRC-VG a signalé que 5 078 fosses septiques avaient été vidées. Les déchets ont été livrés au Centre de traitement de Kazabazua par 1 194 camions (ce qui a contribué à endommager les chemins et produire de la pollution) contenant un total de 13 402 mètres cubes. Les boues étaient traitées au Centre de Kazabazua initialement par déshydratation qui a efficacement éliminé toute l’eau ne laissant ainsi que les matières solides provenant des 5 078 fosses septiques. Le produit solide résultant de son traitement pour toute l’année 2017 aurait été de 560 mètres cubes ce qui équivaut à 11 % d’un mètre cube en moyenne qui a été produit pour chaque fosse septique. Seulement quatre pieds cubes .Quatre petits seaux. Ce n’est pas surprenant pour moi mais ça va choquer la plupart des gens qui ont été dupés.

Une fosse septique moyenne a une superficie d’environ 60 pieds carrés. Quatre pieds cubes seraient égal à trois quarts de pouce de boues au fond d’une fosse septique. Après deux ans, c’est ce que l’on s’attend de trouver. Il n’y a absolument aucune raison de forcer les citoyens à vidanger leurs fosses septiques tous les deux ans. Un total de 96 % du contenu des camions de vidange septique contiennent de l’eau sale. En 14 ans, la MRC-VG a provoqué la vidange de plus de 60 000 fosses septiques…80 % de plus que nécessaire selon moi.

La Loi Q-2.r.8 stipule qu’une fosse septique doit être vidée si la boue dépasse un pied en profondeur. Ceci est totalement contraire à la loi en matière de pompage de fosses septiques tous les deux ans lorsque les données de la MRC-VG confirment qu’il faudra plus de dix ans pour accumuler un pied de boue. Cela prouve que les législateurs ont échoué à produire une loi raisonnable et que les MRC du Québec qui l’ont mis en œuvre n’ont fait appel à aucune expertise (intelligence) pour interroger ou revoir la loi. Les contribuables du Québec ont été forcés de dépenser des millions de dollars inutilement.

Quelques résidents sont à l’aise de payer pour avoir leurs réservoirs vidés tous les deux ans. Que ce soit par ignorance ou non, ils sont invités à le faire même chaque année s’ils le souhaitent…tant que cela n’est pas imposé aux autres.

Je peux aussi prouver mathématiquement que la réglementation québécoise sur l’analyse de l’eau des municipalités force des fréquences qui ne sont également pas crédibles et fait en sorte que des millions de dollars sont gaspillés inutilement.

Examen du programme

Au cours de mes visites au ministère de l’Environnement du Québec, il m’a été confirmé chaque fois qu’il n’était pas prévu de passer en revue l’application de la Loi Q-2,r22. Lors de ma dernière visite, on m’a informé que le ministère aurait aimé revoir le programme mais il n’a pas eu assez d’argent pour le faire. Ce n’est pas crédible. Une somme dérisoire par rapport aux coûts annuels gaspillés ferait l’affaire.

-30

À suivre : Une alternative

Source : Document Pompage obligatoire des fosses septiques par Steve Connoly.

Steve Connoly

Low Québec.

 

La récréation riveraine

www.jeanlacaille.com

BLUE SEA – Le Plan de développement intégré (PDI) de la rivière Gatineau propose quelques aménagements récréatifs en milieu riverain pour accroître la convergence entre le parc linéaire et la rivière. Ces aménagements ont pour but de faciliter la pratique d’activités écotouristiques  à proximité de la rivière et des pôles d’activités et de renforcer l’attrait de ces derniers. Il ont également pour but de renforcer les produits existants.

Les principales infrastructures ou produits comprennent l’aménagement de parcs municipaux, de sentiers et de parcours récréatifs, de haltes/placettes interprétatives et de détente, de zones d’accès aux secteurs de pêche à gué et de kiosques fauniques et interprétatifs. Les principaux éléments mis de l’avant seraient les suivants : la création d’un pôle vert intermunicipal autour de la centrale Paugan par les moyens qui suivent : l’aménagement de sentiers de randonnées pédestre, de pistes cyclables, de belvédères d’observation ainsi que d’aires de pique-nique et de stationnements sur la rive et du réservoir Paugan sur le territoire de la municipalité de Denholm comme il avait été proposé dans l’étude déposée à la municipalité en 1995 et mettant à profit les propriétés d’Hydro-Québec. Des sentiers de randonné permettraient de découvrir la rive est du réservoir Paugan et de profiter des paysages visibles de la rive ouest ; la création d’un parc municipal boisé en bordure du réservoir Paugan, juste au nord du poste de services nautiques proposé sur la rive ouest à Low. Ce parc municipal jouxterait la marina porposée à Low et pourrait inclure toute la pointe formée des lots P-34 A, P-34B et P-33B appartenant à Hydro-Québec avec un lien vert entre la marina et la pointe impliquant une petite partie du terrain privé P-35A en bordure du plan d’eau. Ce parc serait facilement accessible par le chemin Paugan et pourrait comprendre un stationnement, des aires de pique-nique, des haltes et des aires d’interprétation (drave, hydroélectricité, nature, avifaune, etc.). Sa situation et sa topographie permettraient une observation parnoramique du plan d’eau et des environs à partir du sommet. Ce parc, combiné aux espaces vers de Denholm situés presque vis-à-vis sur l’autre rive, formerait un équipement vert récréatif entourant la cnetrale Paugan et l’ensemble pourrait constituer un parc intermunicipal. La route aménagée sur la crête du barrage serait le lien terrestre entre les deux équipements ; la mise en disponibilité récréative ou de villégiature des terres riveraines du réservoir Paugan où une demande d’utilisation autre qu’agricole ou d’exclusion de la zone agricole (CPTAQ) pourrait être envisagée.

Un lien récréatif

L’aménagement d’un lien vert avec le Mont Sainte-Marie à partir de quais flottants aménagés dans la baie pour donner accès au terrain de golf directement à partir du plan d’eau. L’aménagement d’un sentier de randonnée pédestre reste toutefois assujetti au respect des dispositions relatives au zonage agricole.

L’aménagement d’un lien récréatif entre le poste de services proposé sur la rivière Kazabazua, le parc linétaire régional et le parc régional Kazabazua. Ce lien serait concrétisé par l’aménagement d’un sentier de randonnée d’environ 4,5 km le long de la rivière Kazabazua, en partant de la fin du parcours navigable en embarcation motorisée, et de l’attrait géologique de la rivière souterraine (aux environs de la route 105) jusqu’au parc régional linéaire à l’ouest. Ce sentier passerait sur des terrain privés sucessivement situés dans les affectations urbaine, industrielle et forestière. Dans un deuxième temps, ce sentier rejoindrait la passerelle récréative (lien inter-rive) pévue sur le pont du chemin du Lac Sainte-Marie à l’est afin  de relier le village au parc régional linéaire Kazabazua.

L’aménagement d’un lien entre la rivière Picanoc, à la hauteur des mises à l’eau proposées aux ponts Picanoc et Cousineau, et la parc régional linéaire sur le territoire de Wright. De même, un parc à l’embouchure de la Picanoc pourrait être créé sur une île qui appartient au gouvernement du Québec située dans la zone de confluence. Une halte où des informations seraient dispoensées pourrait être aménagée sur cette île en guise d’invitation à la découverte de la Picanoc et de l’amont de la Gatineau.

L’élargissement, le renforcement et l’intégration du concept de la Route des Draveurs par l’aménagement de parcours de randonnée en chaussée partagée (vélo, automobile) emprutant les routes locale ssituées sur les rives de la rivière et se connectant sur les routes du circuit actuel.

À suivre : Lien Lac Sainte-Marie-Île Lannigan

Source : Plan de développement intégré de la rivière Gatineau

              MRC Vallée-de-la-Gatineau

               Del Duggan, Massé et Associés.


Merci de me suivre! C'est un rendez-vous au quotidien pour être à l'affût des nouvelles concernant la Vallée-de-la-Gatineau et des environs.
Vous avez une nouvelle ou une information à signaler? N'hésitez pas à communiquer avec moi 7 jours sur 7.
info@jeanlacaille.com ou 819-463-0327

Jean Lacaille

Jean Lacaille

Journaliste couvrant l'actualité dans la Vallée-de-la-Gatineau depuis près de 40 ans

INFOLETTRE

Pour être à l'affût des nouvelles.

Register

You need to enable user registration from User Manager/Options in the backend of Joomla before this module will activate.