Les nouvelles

JEANLACAILLE.COM - En Outaouais, malgré une situation de l’emploi plus favorable que dans l’ensemble du Québec, les femmes continuent d’afficher un taux d’emploi inférieur à celui des hommes et sont aussi plus susceptibles qu’eux de travailler à temps partiel.

La main-d’œuvre féminine est davantage concentrée au sein d’un éventail moins large de métiers et de professions que la main-d’œuvre masculine. Que ce soit au sein des principales professions exercées par les femmes ou de celles qui le sont par les hommes, les Outaouaises touchent un salaire moyen inférieur à celui des hommes. Malgré le rehaussement du niveau de scolarité des femmes, ces indicateurs du marché du travail mettent en lumière des inégalités persistantes au cours de la vie active. La différence est plus importante lorsqu’on ne considère que la population immigrante, les immigrantes de la région étant moins présentes sur le marché de l’emploi que leurs homologues masculins et que l’ensemble des Outaouaises. Par contre, la proportion des immigrantes à la tête d’une entreprise dépasse celle de l’ensemble des Outaouaises.

La qualité du travail

À la lumière des données de l’ENM sur la stabilité, le statut et les taux d’emploi, il semble que même en Outaouais où le marché du travail est le plus favorable aux femmes, elles éprouvent plus de difficultés que les hommes non seulement de trouver un emploi, mais aussi à en obtenir un de qualité équivalente à celui des hommes, cela étant également applicable à l’ensemble du Québec.

En Outaouais, la proportion de gemmes qui ont travaillé au cours de l’année précédant l’ENM (66,5 %) est largement inférieure à celle des hommes (73,2 %). Tous ces emplois sont ne sont pas de même qualité, la précarité touchant une partie de ceux ci. Dans la régoin, 59,3 % des femmes travaillaient toujours au moment de répondre au questionnaire, alors que c’était le cas de 64,3 % des hommes. Le statut de travail diffère aussi selon le sexe : 15,3 % des Outaouaises de 15 ans et plus de la région travaillaient à temps partiel contre 11,7 % des Outaouais de ce groupe d’âge. Toutes professions confondues, 55,0 % des femmes et 59,2 % des hommes de la région travaillaient à temps plein toute l’année, ce qui leur permettait ainsi de bénéficier du statut d’emploi de moins précaire. Dans l’ensemble du Québec, nettement moins de femmes (49,7 %) et un peu moins d’hommes (56,4 %) se trouvent dans cette situation. Le taux d’emploi à temps partiel est le plus élevé  de la région, 44,0 % des femmes et 35,2 % des hommes sont dans cette situation. Chez les Outaouaises, la part de travail à temps partiel diminue par la suite, jusqu’à atteindre son minimum chez les 45 à 54 ans (9,7 5). Il en est de même pour le travail è temps partiel chez les Outaouais de ce groupe d’âge (5,1 %).

Quant aux femmes n’ayant pas travaillé ni cherché d’emploi en 2010, la région de l’Outaouais affiche le plus faible taux è cet égard, après la région du Nord-du-Québec. En effet, 30,4 % des Outaouaises étaient dans cette situation (34,7 % au Québec, tandis que c’était le cas de 23,7 % des Outaouais (25,9 % au Québec).

Les immigrantes de l’Outaouais subissent une situation particulièrement désavantageuse par rapport à l’emploi : Seulement 76,6 % de celles qui sont âgées de 25 à 54 ans ont travaillé en 2010, soit un écart de 10,0 points de pourcentage avec les autres femmes  du même groupe d’âge de la région. Cet écart s’accentue pour celles qui sont encore sur le marché du travail en 2011, dont le taux atteint 68,9 % chez les immigrantes, soit 13,0 points de pourcentage de moins que les autres femmes de la région. L’écart se révèle moins prononcé chez les hommes : 88,6 % des immigrants de 25 à 554 ans ont travaillé en 2010, soit 2,1 points de pourcentage de moins que les Outaouais non immigrants de ce groupe d’âge. De même, chez les hommes de 25 à 54 ans de la région, 80,5 % des immigrants qui ont travaillé en 2010 occupaient toujours un emploi en mai 2011, soit 4,0 points de pourcentage de moins que les non-immigrants.

Source : Portrait statistique : femmes-hommes du Conseil du statut de la femme du Québec.

 

-30-

JEANLACAILLE.COM - Chez les 15 ans et plus en Outaouais, 15,9 % des femmes et 14,5 % des hommes vivent seuls. Au Québec, c’est le cas de 17,6 % des femmes et 16,1 % des hommes.

La répartition des personnes seules s’avère toutefois fort différente selon l’âge et le sexe. Ainsi, la proportion de femmes seules s’accroît plutôt régulièrement avec l’âge, pour aller jusqu’à 51,9 % chez celles qui sont âgées de 80 ans et plus dans la région comparativement à 53,8 % au Québec. Chez les hommes de la région , comme au Québec, la proportion de personnes seules varie moins avec l’âge à partir de 25 ans.

Ainsi, 16,2 % des Outaouais de 25 à 34 ans et 25,3 % de ceux qui sont âgés de 80 ans et plus vivent seuls. Au Québec, 17,9 % des hommes de 25 à 34 ans et 24,5 % de ceux qui sont âgés de 80 ans et plus sont dans la même situation.

 

Source : Outaouais : Portrait statistique- femmes-hommes

 

-30-

En Outaouais, on compte nettement moins de personnes âgées de 65 ans et plus que la moyenne québécoise (12,8 % contre 15,9 %). Les Outaouaises forment 55,3 % de ce groupe d’âge et leurs homologues masculins, 44,7 %.

À noter que la proportion de femmes de ce groupe d’âge plus faible dans la région qu’au Québec (56,5 %). La proportion de femmes augmente ave l’âge, comme pour l’ensemble du Québec. La région rejoint l’ensemble du Québec pour les 85 ans et plus, où le taux de féminité se situe à 70,9 % dans la région et à 70,2 % au Québec.

En Outaouais, et dans l’ensemble du Québec, les personnes de 65 à 79 ans vivent majoritairement en couple, mais dans une moindre proportion chez les femmes. Dans la région, 53,9 % des femmes de ce groupe d’âge forment un couple comparativement à 75,5 % des hommes. Ces proportions sont analogues à celles qui sont notées, pour l’ensemble du Québec, où 53,8 % des femmes et 75,0 % des homes de 65 à 79 ans vivent en couple.

Chez les 80 ans et plus, les femmes résident davantage seules. En Outaouais, c’est le cas pour 51,9 % des femmes de ce groupe d’âge contre 53,8 % au Québec. Les hommes dans cette situation sont beaucoup moins nombreux : 25,3 % vivent seuls dans la région contre 24,5 % au Québec. En outre, les hommes de ce groupe d’âge vivent très majoritairement en couple (64,0 % dans la région en regard de 65,9 % dans l’ensemble du Québec, tandis que seulement 22,0 % des femmes de 80 ans et plus, sont en couple en Outaouais en comparaison de 23,5 % au Québec.

Les personnes de 65 ans et plus vient aussi plus souvent dans les ménages collectifs que celles qui ont moins de 65 ans, s’avère plus fréquent chez les femmes que chez les hommes. En Outaouais,le taux de femmes qui vivent dans des foyers collectifs grimpe de 0,4 % pour celles qui sont âgées de 15 à 64 ans à 9,8 % pour celles qui ont 65 ans et plus. Ce taux est aussi en augmentation chez les hommes, mais la hausse se révèle moins importante, 4,7 % des Outaouais de 65 ans et plus vivant en foyer collectif. On dénombre davantage de personnes qui vivent dans les ménages collectifs à partir de 80 ans, soit 26,9 % des Outaouaises et 15,1 % des Outaouais. Ces proportions sont inférieures à celles de l’ensemble du Québec, où 31,5 % des femmes et 19,4 % des hommes de cet âge se trouvent dans cette situation.

Source : Outaouais : Statistique femmes-hommes

-30-


Merci de me suivre! C'est un rendez-vous au quotidien pour être à l'affût des nouvelles concernant la Vallée-de-la-Gatineau et des environs.
Vous avez une nouvelle ou une information à signaler? N'hésitez pas à communiquer avec moi 7 jours sur 7.
info@jeanlacaille.com ou 819.334.4508

Jean Lacaille

Jean Lacaille

Journaliste couvrant l'actualité dans la Vallée-de-la-Gatineau depuis près de 40 ans

INFOLETTRE

Pour être à l'affût des nouvelles.

Register

You need to enable user registration from User Manager/Options in the backend of Joomla before this module will activate.